Tout sur le talkie-walkie | Talkies.fr

Le site référence sur les talkie-walkie

Très présents dans les métiers de la sécurité, de l'événementiel, du bâtiment, des travaux publics, de l'aérien, de l'industrie, du sport, de la chasse et de la protection forestière, les talkies-walkies se sont progressivement ouverts au grand public, sans doute poussés par leur récurrence dans les séries américaines des années 1980.

Il faut savoir que pendant plus d'une vingtaine d'années, le talkie-walkie, aussi appelé radio bidirectionnelle ou radio à deux sens, était le seul moyen de communication bon marché qui permettait de connecter deux interlocuteurs à une distance de plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de mètres.

Les téléphones portables étaient en effet inaccessibles à cause de leur prix et de la petite densité des réseaux GSM. Bien que les spécialistes des télécommunications aient prédits l'effondrement du marché du talkie-walkie avec la démocratisation des smartphones et, plus généralement, des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication, ce petit appareil a résisté avec brio, s'adaptant progressivement à de nouveaux usages comme la pratique du Airsoft, le shopping et même la communication indoor à la maison.

Pourquoi utiliser un talkie-walkie à l'heure du smartphone ?

- Pour communiquer gratuitement avec ses collègues ;
- Pour des communications cryptées et sécurisées à petit prix ;
- Pour communiquer avec plusieurs personnes en même temps ;
- Pour apporter ou solliciter de l'aide en cas d'urgence dans des zones où les mobiles ne captent pas ;
- Pour être joignable sans avoir à appuyer sur un bouton de réception ou d'émission (fonction VOX ou « mains libres »).

Le lexique du talkie-walkie : pour bien s'y retrouver !

Le jargon du monde des télécommunications est particulier. Si vous êtes un passionné du plein air ou si vous avez un besoin particulier compte tenu de votre métier ou de votre passion (agent de sécurité, chargé d'organisation événementielle, professionnel du bâtiment et des travaux publics, chasseur, garde forestier, passionné d'escalade, de ski et d'alpinisme…), vous allez devoir à un moment ou à un autre envisager de faire l'acquisition d'un talkie-walkie en phase avec vos besoins.

Vos critères d'achat seront par exemple la portée maximale de transmission, l'autonomie, la prise en main, la qualité du rétro-éclairage de l'écran, les fonctionnalités disponibles, la taille de l'antenne, la technologie de la batterie, le mode d'alimentation, les bandes UHF et/ou VHF, la norme embarquée (numérique ou analogique), le service après-vente, etc.

Une terminologie qui n'est pas forcément accessible au radioamateur débutant. Mais pas de panique ! Les notions de base ne sont pas très nombreuses. Nous vous proposons une petite synthèse pour vous aider à y voir plus clair :

- Portée maximale de transmission : il s'agit de la distance maximale de transmission du signal entre les deux unités d'un talkie-walkie. Il faut savoir que les fabricants communiquent à 99% des cas sur ce que l'on appelle la portée théorique, c'est-à-dire en champ libre et sans aucun obstacle entre l'unité A et l'unité B de votre radio bidirectionnelle. Pour avoir la portée réelle, il faut diviser la théorique par 5 ou 6 ;

- Le bouton PTT ou Push to Talk : c'est un bouton classique que l'on retrouve sur tous les talkies-walkies. Il sert à déclencher la communication. Il doit être facile d'accès (on appuie dessus généralement à l'aveuglette) et de taille plutôt grande, comme le bouton « + » sur les calculatrices ;

- La fonction Vox ou iVox : il s'agit tout simplement de la fonction « mains libres » du talkie-walkie qui permet donc de communiquer avec vos interlocuteurs sans avoir à appuyer sur le bouton Push to Talk. Elle est particulièrement utile pour les situations où vos mains sont occupées : conduite, escalade, chasse, airsoft, etc. ;

- Le Full Duplex : aussi appelée « communication simultanée », cette fonctionnalité permet à tous les radioamateurs munies d'un talkie-walkie dans une zone déterminée de parler, en même temps, contrairement à la fonction Half Duplex où les utilisateurs parlent chacun à leur tour ;

- Roger beep : aussi appelé bip de confirmation, il s'agit s'un signal sonore automatique qui signe la fin d'un message pour avertir les utilisateurs qu'ils peuvent prendre la parole en mode Half Duplex ;

- Scan : aussi appelée « balayage », cette fonction permet de réaliser une analyse automatique des canaux afin de localiser un canal libre ou occupé, selon les besoin.

Les talkies-walkies professionnels

Les talkies walkies professionnels

Le qualificatif « pro » que l'on attribue aux talkies-walkies n'est pas véritablement normé. Toutefois, on considère généralement que les talkies-walkies professionnels sont ceux qui nécessitent une licence d'utilisation car ils évoluent en dehors des fréquences dites « libres » en France et en Europe. Cette condition est discutable dans la mesure où tout talkie-walkie dépassant les 0,5 Watts nécessite une licence en France même si sa portée de transmission ne dépasse pas les 5 km par exemple.

Quoi qu'il en soit, sera considéré comme étant professionnel tout talkie-walkie qui fonctionne comme les bases et les relais sur une bande VHF ou UHF, avec une puissance maximale de 5W sur la bande 150 MHz, de 4 W sur la bande 400 MHz ou encore de 3 W sur la bande 800 MHz. Au réglage des fréquences et de la puissance s'ajoute généralement un ensemble de fonctionnalités comme la priorisation des scans, les appels d'urgence, le « SOS » envoyé aux talkies-walkies à portée lorsque l'appareil est immobile pendant trop longtemps, différents systèmes de signalisation (numérique, CTS, 5tons, 3RP…) pour la confidentialité des conversations, une fonction VOX ultra-sensible, un mode antibruit, un cordon ultra-résistant, une batterie lithium Li-Ion (plutôt que l'ancienne technologie NiMH), un écran LCD rétro-éclairé à fort contraste, une lampe de poche à forte puissance, une mallette complète, une résistance à l'immersion prolongée dans l'eau, une parfaite étanchéité à la poussière fine et aux éclaboussures, etc.

Les talkies-walkies professionnels respectent en effet les normes d'étanchéité aux solides (poussière notamment) et aux liquides (eau). Cet attribut est résumé par le code « IP xx » qui renseigne sur le degré d'étanchéité. Certains appareils répondent également aux normes militaires de robustesse avec des revêtements antichocs, résistant ainsi aux chutes, aux vibrations violentes, aux intempéries, etc.

Il faut toutefois nuancer encore une fois le qualificatif « pro », car de plus en plus de radios bidirectionnelles proposées par des fabricants de renom comme Kenwood, Intercom, Motorola, Baofeng (ou Pofung), Alan Midland ou encore Décathlon (par la gamme Geonaute) proposent tout ou une partie des caractéristiques citées plus haut.

La frontière entre un émetteur-récepteur amateur et la radio bi-bande VHF UHF à longue portée tend à se brouiller, si bien que les talkies-walkies amateur d'aujourd'hui peuvent parfois surpasser les radios professionnelles d'il y a 5 ans.

Deux types de talkies professionnels sont disponibles sur le marché de la radiocommunication, avec chacun ses avantages et ses inconvénients :

- Le talkie-walkie analogique (ou portatif analogique) : doté d'une transmission instantanée sans aucune latence, mais avec une clarté sonore qui fluctue en fonction de la distance et des obstacles qui se dressent sur la ligne imaginaire entre les deux interlocuteurs. L'appel individuel passe avec 5tons ou le système 3RP. Dans ce type de walkie-talkie, une fréquence équivaut à un canal ;

- Le talkie-walkie numérique : doté d'une transmission avec environ 500 ms de latence, il propose en revanche une clarté sonore quasi-irréprochable. L'appel individuel passe bien ou ne passe pas du tout si l'appareil est hors champ. Une fréquence correspond dans ce cas à deux canaux.

Les talkies-walkies pour enfant

Il faut bien distinguer le talkie-walkie pour enfant du babyphone. Le premier est un talkie-walkie à part entière, qui arbore généralement un design à l'effigie d'un super-héros ou d'un personnage phare d'un dessin-animé ou film d'animation (Batman, Superman, Spiderman, Power Rangers, personnages de Cars, etc.) et qui propose une portée de transmission nettement inférieure à celle des talkies-walkies pour adulte.

Le babyphone est plutôt un moniteur qui capte le son émis dans la chambre de votre enfant pour le transmettre à l'unité de contrôle afin de surveiller bébé à distance. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le talkie-walkie pour enfant n'est pas seulement un jouet qui vient s'ajouter au camion de pompiers, à la peluche Winnie l'Ourson et à la guitare électrique factice dans le coffret à jouet de votre enfant.

Le talkie-walkie pour enfant est un véritable outil d'éveil qui participe à l'épanouissement de votre enfant. Il va donc lui permettre stimuler son imagination (parties de cache-cache, jeux en plein air, jeux de rôle), de développer ses capacités de communication dans la mesure où le talkie-walkie implique de parler à tour de rôle et d'écouter attentivement ce que dit l'interlocuteur sans lui couper la parole, et enfin de développer sa capacité d'observation et d'analyse (communiquer en appuyant sur le bouton « PTT », ne pas dépasser la distance maximale de transmission, etc.).

Bien entendu, le talkie-walkie va aussi permettre à votre enfant de s'amuser avec ses amis tout en l'initiant aux smartphones et aux tablettes que vous devrez sans doute, un jour, lui offrir. Certains talkies-walkies sont destinés aux garçons, d'autres aux filles, et d'autres enfin sont unisexes. Ils dépassent rarement les 180 g pour permettre aux enfants de les manipuler aisément. Pour vous aider à faire le bon choix, nous avons testé pour vous 7 talkies-walkies pour enfant et 5 montres talkie-walkie.

Le babyphone : pour rassurer les parents

On le retrouve sur toutes les listes de naissance ! Le babyphone, que l'on appelle également écoute-bébé, moniteur bébé ou encore talkie-walkie bébé, est un dispositif de communication qui permet aux parents de surveiller leur enfant à distance par un flux vidéo et/ou audio, voire avec un détecteur de mouvements en fonction des modèles.

Les principaux fabricants de babyphones sont Motorola, Samsung, Angelcare, Tigex, Badabulle, Babymoov, Philips (via sa marque de puériculture Philips Avent), Tomy ou encore Vtech.

Les premiers babyphones analogiques se contentaient de transmettre le flux audio de l'unité « bébé » au moniteur de contrôle sur une distance inférieure à 5 mètres. Aujourd'hui, les efforts des laboratoires R&D des fabricants permettent d'accéder à des babyphones capables de se connecter au Wifi, à la 3G et à la 4G, ce qui permet aux parents de s'affranchir des contraintes de la portée de transmission pour surveiller bébé depuis le travail, par exemple.

Et pour les parents les plus inquiets qui ne peuvent se contenter de l'audio pour s'assurer que bébé est en sécurité, les babyphones vidéo deviennent très vite indispensables. Ils embarquent une caméra sur l'unité « bébé » qui dispose le plus souvent de la vision nocturne à infrarouge pour garder un œil sur bébé la nuit ou quand il fait sa sieste sans l'importuner avec une source de lumière.

Face à l'embarras du choix dans un marché ultra-concurrentiel, les parents doivent maîtriser un certain nombre des critères d'achat pour trouver le babyphone qui répond le mieux à leurs attentes. Si bébé ne trouve le sommeil que s'il entend votre voix, il va donc falloir opter pour un babyphone qui embarque la fonctionnalité « talkie-walkie » avec un micro intégré au moniteur de contrôle.

Si bébé a du mal avec l'obscurité, on va préférer un babyphone dont l'unité « bébé » intègre une veilleuse que l'on peut déclencher à distance. Si bébé a besoin d'un peu de musique pour trouver les bras de Morphée, on va alors se diriger vers un babyphone qui propose des berceuses préenregistrées déclenchables à distance. Si vous habitez une grande maison avec des murs plutôt épais, optez pour un babyphone « longue portée », avec au moins 1 000 mètres de portée maximale théorique.

Enfin, si vous vous trouvez le plus souvent dans une pièce bruyante, optez pour un babyphone qui dispose d'un mécanisme de signaux visuels quantifiant la puissance du son capté dans la chambre de bébé.